Guide Ecole

Boissons énergisantes

Objectif

Sensibiliser les enfants aux risques d'une consommation excessive de boissons energisantes

La consommation de boissons énergisantes est en augmentation chez les jeunes: l'enquête HBSC 2010 relève qu'"à 15 ans, 14,2% des garçons et 7.6% des filles en consomment une ou plusieurs fois par jour".  Au vu d’une perception de banalisation du produit, beaucoup de questions sont posées par les acteurs de l’école, les parents, les médias quant aux effets des boissons énergisantes sur la santé et sur ce que contient cette boisson: caféine, taurine, glucides et autres substances, du contexte et du comportement de consommation

Pourquoi est-ce important?

Une canette contient entre 80 et 141mg de caféine par 250ml (selon les marques), une tasse de café apporte environ 80mg de caféine. Cette boisson est également composée de glucides même s'il existe des versions "zéro" ou " light". A titre illustratif, une canette de Red Bull (250 ml) contient 80 mg de caféine, 1000 mg de taurine, 600 mg de glucurono-lactone, 8 mg de vit. B1 (50% RDA); 2 mg de B5 (33%) ; 2 mg B6 (143%); 2 μg de B12 (80%) et 11% de glucides, soit 27.5 g ou 7 morceaux de sucre pour 250 ml.

Risques:
Chez les enfants et les adolescents, les risques sont essentiellement liés à la caféine: nervosité, troubles du sommeil, troubles cardiaques et risque de dépendance à une boisson à base de caféine. Les boissons énergisantes présentent également des teneurs en sucre similaires à d'autres boissons sucrées telles que Coca-Cola ou thé froid (28g/cannette de glucides), l'apport calorique est conséquent et peut donc favoriser le surpoids. Elles contiennent d’autres substances, comme la taurine et le glucurono-lactone. Ces produits sont jugés inoffensifs pour une consommation dite « raisonnable », soit 1-2 canettes/jour, même s’ils multiplient par 10 pour la taurine et par 1000 pour le glucurono-lactone la quantité apportée de ces composants par l’alimentation habituelle. Toutefois, les interactions entre ces substances n’ont pas été étudiées et aucun bénéfice ni sur la santé ni sur les performances n’a été identifié. 
Par ailleurs, les boissons énergisantes peuvent majorer le risque de déshydratation: en effet, ces boissons trop concentrées, aux propriétés diurétiques n’hydratent pas correctement. De plus, les boissons énergisantes ne doivent pas être confondues avec les boissons énergétiques pour sportif. Les boissons énergétiques sont intéressantes uniquement lors d’efforts physiques prolongés, sinon l’eau suffit et reste la boisson idéale.

Recommandations

  • Aucun consensus international sur les recommandations de doses maximales de caféine par kilo de poids n’existe. Le conseil est généralement d’en consommer modérément pour les adultes et de les éviter pour les enfants et les femmes enceintes.  
  • La consommation de boissons énergisantes par les enfants et les adolescents tend à se banaliser. L’accès à ce type de produits est aisé et aucun contrôle particulier n’est exigé du vendeur. Le marketing est agressif. Jusqu’en décembre 2013, la mention "ne pas mélanger avec de l’alcool" devait également figurer. Cette dernière mise en garde a été supprimée en raison du Cassis de Dijon. Ces boissons doivent porter la mention "déconseillées aux enfants et aux femmes enceintes ou allaitantes" (DFI, art. 34c al.2) ainsi que "la dose journalière recommandée" (DFI, art. 34d al.4). La mention « dose maximale à ne pas dépasser » aurait été, selon nous, plus appropriée.

Comment agir?

  • Déconseiller la consommation de telles boissons jusqu’à 12 ans et donc la vente en milieu scolaire obligatoire.
  • Conseiller de limiter la consommation de boissons sucrées et caféinées (thé froid, Coca-Cola, etc.) chez les enfants.
  • pour les plus âgés, proposer de ne pas dépasser 2 canettes par jour de boissons énergisantes (2 emballages s’il s’agit de shot) puisque l’innocuité de la consommation conjointe de taurine et de glucurono-lactone n’a pas été démontrée.
  • Rappeler la recommandation de ne pas mélanger ces boissons avec de l’alcool, puisque cette mention n’est plus une exigence légale.
Avec les adolescent-e-s:
  • Discuter des raisons de la consommation de ce type de boisson, avec alcool ou non.
  • Connaître leur  fréquence de consommation, les encourager à diminuer si celle-ci est trop élevée.
  • Discuter des risques d’une consommation accrue de ce type de boissons (effet sur les dents, facteurs de risques de certaines maladies, consommation importante de caféine. Attention au mélange boissons énergisantes et alcool: augmentation des conduites à risques).
  • Impact du coût de ces boissons sur leur budget.
  • Développer leur esprit critique par rapport aux messages véhiculés par la publicité.